La chapelle Sainte Roseline

En 1039, un premier monastère est mentionné.

Les chartreuses sont présentes du XIIIe siècle au XVe siècle, dirigées dans le premier tiers du XIVe siècle par Roseline de Villeneuve.

Les franciscains de la stricte observance reconstruisent le cloître et l’église au XVIe, conservant une partie du mur Nord du XIIIe siècle.

L’ensemble conventuel est mis en vente à la Révolution, le couvent devient une bâtisse viticole tandis que l’église est rachetée par les Arcois.

L’édifice est classé Monument Historique en 1980.

La construction

La chapelle, orientée, se compose d’une nef à cinq travées et chœur à chevet plat, sans transept.

Elle est couverte d’une voûte en berceau brisé, qui semble avoir remplacé le plafond en bois d’origine. Le chœur est couvert d’une voûte d’arrêtes sur croisée d’ogives.

Des chapelles se développent de part et d’autre de la nef : la chapelle Saint-Antoine au Nord et 3 chapelles au Sud.Ces chapelles ont sans doute été construites plus tardivement. Elles sont adossées au cloître de l’ancienne abbaye.

Les oeuvres et trésors

La chapelle Sainte Roseline vous offre un accès privilégié aux trésors saints et aux œuvres anciennes et contemporaines :

  • La châsse de cristal de Sainte Roseline,
  • Le reliquaire d’Armand Caillat,
  • La mosaïque du Miracle des Roses de Marc Chagall,
  • Les bronzes de Giacometti,
  • Les retables des XVIe et XVIIe siècles,
  • Le jubé (1638) et les stalles (1658),
  • Les vitraux d’Ubac et Bazaine (1970),
  • Les ex-voto…

 

A l’occasion des travaux de réfection de la chapelle, une suite de 7 médaillons peints a été découverte ainsi qu’une frise ornée de motifs géométriques à décors floraux et végétaux et un décor d’architecture.

La Chapelle est ouverture de mi-février à fin décembre.